La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Page: 229
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0239
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 29. — 1909.

BUREAUX ; 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6')

28 Août.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LI SAMXDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de ÎA Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. || Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. il l’Union postale). 15 fr.

nSTciméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

rŒJn sait que l'Ecole des Arts déco-
ratifs, trop étroite et aménagée
d’une manière insuffisante, doit
être reconstruite : c’est un de ces
vœux qu'émettent annuellement le rappor-
teur du budget des Beaux-Arts et le repré-
sentant du gouvernement. Il est difficile de
dire quand cette réforme en projet deviendra
une réalité. Mais, en attendant, voici que les
imaginations travaillent et que des combinai-
sons plus ou moins ingénieuses sont pro-
posées.

L’une des dernières idées émises consiste-
rait à utiliser le terrain où s’élevait l’ancien
Hôtel-Dieu. Elle a été critiquée avec éclat par
un de nos confrères, et elle mérite de l’être.
Ce vieux quartier, récemment encore encom-
bré par d’affreuses masures, commence d’être
dégagé. On peut circuler aujourd’hui près de
Saint-Séverin et autour de Saint-Julien-le-
Pauvre; on peut apercevoir les restes de l'an-
tique enceinte bâtie par Philippe-Auguste,
on peut enfin sentir tout ce que ce coin du
Vieux-Paris gagne à la perspective désormais
libre de Notre-Dame. Elever là une bâtisse
moderne, c’est détruire une harmonie qu’on a
pris depuis quelques années un peu de peine
à retrouver. Le terrain déblayé doit demeu-
rer libre, et ce qu’il faut mettre à l’emplace-
ment de l’ancien Hôtel-Dieu et autour de
•Saint-Julien-le-Pauvre, c’est un jardin.

Quant à l’Ecole des Arts décoratifs, son
utilité n’est pas en question. Elle a même
manifesté, au cours des vingt ans qui vien-
nent de s’écouler, de l’activité et de l’indé-
pendance. On ne sera pas embarrassé pour
lui trouver un asile digne d’elle. L’idée de
l’installer dans l’hôtel Biron, dont les des-

tins sont encore en suspens, a paru des
plus séduisantes, dès qu’elle a été expo-
sée. L’édifice, les espaces plantés, le style des
bâtiments et des jardins, tout y parait for-
mer un cadre à cette école faite pour des
artistes. Mais si des raisons matérielles em-
pêchaient la réalisation de ce projet, les em-
placements ne manquent point, et il n’est
vraiment pas besoin, pour honorer l’art déco-
ratif, de commencer par défigurer un vieux
quartier de Paris.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine : le dimanche 15 août, à Besançon,
un monument à la mémoire du sculpteur Just
Becquet, œuvre du statuaire G reber, et un
autre à la mémoire du général Jeanningros,
œuvre du sculpteur Lafauche ;

Le même jour, à Loches, un monument
d’Alfred de Vigny, œuvre du sculpteur Picard ;

Le même jour, à Beaulieu-les-Fontaines
(Oise), une statue de Jeanne d’Arc, œuvre du
sculpteur Desvergues;

Le lundi 16 août, à Rezonville, un monu-
ment commémoratif de la prise d’un drapeau
allemand en 1870 par le sous-lieutenant Cha-
bal, monument dû à la collaboration de l’ar-
chitecte Cazalières et du sculpteur Laoust ;

Le dimanche 22 août, à Bar-sur-Aube, un
monument à la mémoire des soldats morts
pour la patrie.

Le 8 août avait été inauguré à Sallaumines
(Pas-de-Calais), un monument à. la mémoire
des victimes de la catastrophe des mines de
Courrières ; N

Le 14 juillet, à Papeete (Tahiti), un buste
de Bougainville, œuvre du sculpteur Péchiné.

*** Le buste en marbre du peintre Jules
Breton, par le sculpteur Houssin, vient d’être
placé dans la galerie des bustes de l’Institut.

La même galerie s’est enrichie également
loading ...