La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Page: 91
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0101
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ET DE LA CURIOSITÉ

91

Académie des Beaux-Arts

Séance du 13 mars

Election. — IL a été procédé à l’élection d'un
membre titulaire de la section de composition
musicale, en remplacement de M. Reyer, décédé.

Les candidats avaient été classés comme suit
par la commission compétente : en première
ligne, M. Widor; en deuxième ligne, M. Fauré; en
troisième ligne, M. Cli. Lefebvre ; en quatrième
ligne, M. Pierné; en cinquième ligne, M. Maréchal.
A ces noms l’Académie avait ajouté celui de
M. Pessard.

Au sixième tour de scrutin, M. Gabriel Fauré a
■été élu par 18 voix, contre 16 à M. Widor. M. Ga-
briel Fauré, qui est l’un des maîtres de l’art mu-
sical contemporain, a succédé à M. Théodore
Dubois comme directeur du Conservatoire il y a
cinq ans. Il est né à Pamiers (Ariègel en 1845.

Concours de Rome. — Ont été admis comme
logistes pour le concours de Rome (architecture) :
MM. Louis Woillez, élève de M. Marcel Lambert;
Marrast, élève de MM. Julien et Lambert ; Louis
Moreau, élève de MM. Daumet et Esquié ; Bout-
terin, élève de MM. Raulin et Héraud ; Abella,
élève de M. Bernier ; Laprade, élève de M. Redon ;
Lauzanne, élève de M. Laloux ; Madeline, élève de
M. Deglane ; Vilain, élève de M. Deglane ; IlaiTner,
élève de M. Laloux.

Académie des Inscriptions

Séance du 12 mars

Musée de l'Ecole d'Extrême-Orient. — Lecture
est donnée d’une lettre par laquelle le directeur de
l'École de l’Extrême-Orient annonce que le direc-
teur général de l’Jndo-Chine vient de mettre à sa
disposition un bâtiment destiné à l’installation du
musée de son école.

Communication. — Pour faire suite à la com-
munication de M. Jean Ebersolt sur les édifices
religieux byzantins de Conslantinople, M. Adolphe
Thiers, architecte, lauréat de l’Institut, présente
une série de dessins et relevés relatifs à cette mis-
sion. Ces documents, qui s’échelonnent sur une
période allant du ve au xiv° siècle, présentent un
exposé plus complet de l’histoire de l’architecture
à Constantinople. Les dessins relatifs à l’église
Saint-Serge, qui n’avait jamais été étudiée en dé-
tail, signalent à l’attention des particularités de
construction curieuses et pleines d’intérêt.

---—

Société des Antiquaires de France

Séance du 3 mars

M. Ruelle lit une note sur un manuscrit palimp-
seste de la Bibliothèque Nationale.

M. Poupardin communique l’épitaphe de Richard
le Justicier, duc de Bourgogne, mort en 921.
d’après un manuscrit latin de la Bibliothèque Na-
tionale.

M. Mayeux propose une nouvelle interprétation
des sculptures du porche de l’église delà Graulière
(Corrèze).

M. Héron de Villefosse entretient la Société de
deux bronzes antiques qui font partie de la collec-
tion de M. Ch. Mèze, à Paris.

M. Clouzot fait une communication sur François
Carmoy, auteur des statues couronnant le tombeau
de François Ier à Saint-Denis.

Séance du 10 mars

M. Mayeux rappelle les fouilles faites en 1820 à
Joigny, au lieudit « Les Mouchettes » dans un cime-
tière gallo-romain et signale les figures encore
inédites du rapport rédigé alors.

M. Henri Clouzot complète sa communication sur
l’auteur des statues couronnant le tombeau de
François Ier à Saint-Denis.

M. Chenon signale un texte du Grand Coutu-
mier de France, qui intéresse la conservation des
édifices antiques.

M. de Charençay signale un portrait de M. de
R,ancé, qui est conservé à l’abbaye de La Trappe.

M. Monceaux, de la part de M. Merlin, directeur
des Antiquités de la Tunisie, communique une
inscription chrétienne récemment trouvée à Bizerte
(l’ancienne Hippo Diarihytes).

-♦-

Société de l’Histoire de l’Art français

Séance du 5 mars

M. H. Clouzot démontre que le portrait de Jean-
Baptiste-Martin d’Artaguetre,marquis de laMothe-
Saint-Héraye, conservé au musée de Niort, et at-
tribué jusqu’ici à Chardin, n’est pas de ce peintie,
mais bien d’Alexis Grimou, dont la signature, sui-
vie de la date de 1720, est apparue récemment à la
suite d’un nettoyage du tableau.

M. Jacques Robiquet fait ensuite une communi-
cation sur le contrat de mariage de Gouthière,
daté du 10 avril 1758, qu’il vient de retrouver.
Ce contrat, qui est le plus ancien document
connu sur Gouthière, permet de fixer la date de
sa naissance aux environs de 1733 et nous donne
de précieux renseignements sur ses parents.

D’après une lettre adressée par Ingres au mi-
nistre de l’Intérieur le 1er février 1802, dans la-
quelle le grand peintre demandait qu’on lui avan-
çât la somme de son voyage à Rome pour qu’il
puisse peindre un tableau qui l’aiderait à se faire
connaître, M. Jules Guiffrey pense que le premier
tableau d’Ingres pourrait être la Vénus blessée-,
signalée par M. Delaborde comme ayant appar-
tenu à M. Asseline avant 1850.

M. Paul Vitry, à propos du livre récent du gé-
néral de Beylié sur le musée de Grenoble que
nous annonçons plus loin, rectifie une erreur typo-
graphique qui avait donné le buste de Dubois
Fontanelle, par un anonyme, comme étant celm
du marquis de Franquières parHoudon.

M. Paul Vitry signale ensuite, au nom de M.
Menegoz, conservateur du musée de Caen, la dé-
couverte qu’il vient de faire de l’inscription sui-
vante : « MUo Vigée, 1775 » sur un tableau nou-
vellement nettoyé de ce musée. II pense que cette
signature pouvait être celle de Mm0 Vigée-Lebrun
avant son mariage.

—---♦-
loading ...