La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Seite: 109
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0119
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 14. - 1909.

BUREAUX : roô, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

3 Avril.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Artc reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de H Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 fr.

L© JST r_méro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

e Musée du Louvre, d’accord avec
l’Administration des Beaux-Arts,
a pris une initiative très inté-
ressante. Une grande vente était
annoncée et un certain nombre de pièces
qu’elle comptait étaient très utiles à nos col-
lections nationales. Les ressources du musée
ne lui permettent pas, on le sait, d’acheter à
n’importe quel prix, et il ne peut d’ailleurs
engager sur une seule vente des crédits qui
risquent de lui être nécessaires dans la suite
pour des acquisitions dont l’occasion ne se
faisait pas prévoir. Ces difficultés ont obligé
trop souvent nos conservateurs les plus zMés
à laisser partir, malgré leurs efforts, des œu-
vres que des collectionneurs ou des mar-
chands enlevaient non seulement au Louvre,
mais parfois à la France,

Dans les circonstances récentes que nous
signalons, le musée a eu une idée nouvelle et
heureuse : il a demandé à des collectionneurs
amis du Louvre de former une sorte.de syn-
dicat et d’acheter la collection en vente dans
son ensemble, de lui céder ensuite les pièces
qu’il souhaitait, puis de revendre le reste à
leur profit. Il s’engageait, d’ailleurs, à leur
rembourser la différence entre le prix de leur
premier achat et celui de la vente qui sui-
vrait. Les collectionneurs se sont prêtés de
très bonne grâce à cette combinaison. Et
comme la vente a produit beaucoup plus d’ar-
gent qu’on ne pensait, le musée du Louvre va
se trouver possesseur, sans bourse délier,
d’ouvrages très beaux et très importants.

Il y a plaisir à féliciter des fonctionnaires
qui ont eu de l’esprit d’initiative et un souci
aussi avisé des intérêts de leur département.

Cette application ingénieuse de l’idée d’asso-
ciation a été tout de suite approuvée par le
Conseil des musées. D'autres occasions pour-
ront se présenter où elle ne sera pas moins
utile. Par cette méthode, le musée du Louvre
arrive à utiliser très heureusement les bonnes
volontés des particuliers qui ne lui font jamais
défaut et à remédier d’une manière aussi in-
telligente que légitime à l’étroitesse de son
budget.

NOUVELLES

*** Grâce aux heureuses circonstances,
en dehors de toute prévision, auxquelles fait
allusion notre Propos, la collection Victor
Ga}T vient d’être offerte aux Musées natio-
naux par le groupe de huit amateurs qui, sur
l’initiative de M. Migeon, conservateur des
objets d’art au musée du Louvre, avaient ac-
quis la collection entière.

La Gazette des Beaux-Arts publiera dans
son numéro de mai ce magnifique ensemble.

D’autre part, le Conseil des. Musées natio-
naux vient de ratifier une acquisition de la
plus grande importance pour les séries de la
galerie d’Apollon: douze plaques d’émaux
peints par Monvaerni (fin du xve siècle), le
premier atelier d’émailleurs de Limoges, dont
on ne connaissait, dans le monde entier, que
dix plaques de cette importance.

*** La bibliothèque du Conservatoire na-
tional de musique vient d’acquérir un des
plus anciens portraits connus de Berlioz, peint
par Guillaume Dubufe, en 1830, au lendemain
du jour où Berlioz obtint le prix de Rome.

*** De récents aménagements faits au rez-
de-chaussée du château de Versailles vont
permePre d’ouvrir de nouvelles salles com-
prenant les anciens appaLemfmts de « Mes-
da nés de E’rance » au xvrue siècle. Dans ces
nouvelles salles, seront installés de nom-
breux portraits et des toiles représentant des
loading ...