La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Page: 285
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0295
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N- 36. - 1909. BUREAUX : ioô, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6=) 4 Décembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise,

10 fr.

Départements. 12 fr.

Le 1ST uméro

Étranger (Etats faisant partie de

l’Union postale). 15 fr.

: O f*. 25

PROPOS DU JOUR

es projets d’édilité menacent de
changements très fâcheux la ville
de Spalato et les restes du palais
de Dioclétien. L’antique demeure
de l’empereur romain, en partie forteresse et
en partie villa, était si vaste qu’elle est de-
venue, comme on sait, lors des invasions
barbares, une sorte de ville, et que les habi-
tants se sont découpé de petites maisons
dans les immenses édifices construits trois
cents ans auparavant. Aujourd’hui encore,
bien que la ville se soit beaucoup développée,
le cœur de Spalato est toujours la forteresse
de Dioclétien, au centre de laquelle s’élèvent
le Dôme et le Baptistère. Mais tout s’y tient,
voisine, et parfois se mêle, portant le témoi-
gnage pittoresque d’un passé mouvementé.

Ce serait grand dommage de modifier le
spectacle curieux et instructif que le temps
a formé. On parle de dégager les restes du
palais des constructions qui s’y sont ap-
puyées; on parle de donner de l’air à la cathé-
drale et de démolir même le vieil évêché cons-
truit à côté d’elle. Est-il nécessaire d’aller
jusque-là? Il peut être bon de mettre en re-
lief le Dôme, mais, pour y réussir, il sem-
blera suffisant de démolir quelques bâtisses
sans style qui l'entourent. L’archéologie et
l’hygiène s’en trouveront bien. Il serait dé-
plorable que, pour les satisfaire, on détruisit
l’aspect traditionnel du dôme flanqué de son
évêché; il serait désolant que l’on séparât ce
que les années et l’histoire ont si curieuse-
ment associé, ce qui compose depuis si long-
temps un paysage célèbre.

L’hôtel de Biron doit être mis prochaine-
ment aux enchères, et tous les dangers que nous

avons signalés jadis ont reparu. On assure
que l’État, faisant droit aux réclamations
pressantes de l’opinion, aurait décidé de se
porter acquéreur. Ce serait la solution la plus
simple, et l’hôtel et les jardins trouveraient
enfin, de cette manière, le salut que tout le
monde souhaite. Mais, si cette méthode ne
réussit pas, tout ne sera pas perdu. Le Con-
seil municipal de Paris a en effet réclamé le
classement de l’hôtel et des jardins. La Com-
mission de classement des sites du départe-
ment de la Seine, réunie à l’Hôtel de Ville,
a prononcé le classement de l’ensemble des
jardins à l'unanimité. Le département et la
Ville pourront, si c’est nécessaire, demander
l’expropriation. Les voies et moyens ne man-
quent donc pas pour sauver un chef-d’œuvre
incomparable; nous saurons, dans quelques
jours, comment l’administration de l’Etat et
celle de la Ville en ont profité.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le 28 novembre, à Saint-Sauveur-le-
Vicomte (Manche), un buste de Barbey
d’Aurevilly, par le sculpteur Roclin, érigé sur
une stèle duc à M. Nénot ;

Le même jour, à Pontoise, un monument à
la mémoire des enfants de la région morts
pour la patrie, œuvre du sculpteur Autonin
Ccirlès *

^ Le même jour, à Marseille, au cimetière,
un monument à la mémoire de l’explorateur
et naturaliste Rolland de Ivessang; à la Mai-
son de la Mutualité, un monument commé-
moratif d’Ernest Delibes.

*** Le Musée du Louvre a acquis à l’expo-
sition des œuvres de Chinard actuellement
ouverte au Musée des Arts décoratifs un
buste en terre cuite d’une jeune femme, dite
loading ...