La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Seite: 293
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0303
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 37. - 1909.

BUREAUX: 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

11 Décembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale) . 15 fr.

X_,e ÏSTuméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

>ne offre importante pour l’intérêt
des arts vient d’être faite à la
ville de Chartres. Le département,
qui se trouve, par suite des événe-
ments de ces dernières années, en possession
du palais épiscopal, propose d’en laisser
l’usage à la municipalité de Chartres à la
condition que le musée y soit installé. Cet
arrangement aurait, d’après les renseigne-
ments qui nous parviennent, toutes sortes
d’avantages à la fois pour la galerie provin-
ciale et pour la ville.

Le musée serait le premier à y beaucoup
gagner. Il se trouve, à l’heure actuelle, installé
au-dessus de la mairie, dans des conditions
qui ne sont favorables ni à la présentation ni
à la sécurité des œuvres. Non seulement il
est encombré, mais il est mal éclairé, et dans
certaines salles le chauffage est si défectueux
que les toiles se détériorent. Si la Ville ins-
tallait la collection dans l’ancien évêché, elle
donnerait à ses œuvres d’art un asile tout à
fait propre à les faire mieux connaître et à
les conserver dans de bonnes conditions ; elle
pourrait accepter les dons qu’elle refuse, ou
qu’elle n’expose pas faute de place, comme
ces belles tapisseries des Flandres du xviD siè-
cle dont elle n’a pu montrer que quelques-
unes pendant une courte période.

En même temps, la ville réussirait aisé-
ment à conserver à l’évêché son caractère
monumental. Ce palais serait, en effet, res-
tauré par la Commission des monuments his-
toriques qui prendra à sa charge les frais
d’une réparation devenue nécessaire. Et, pour
ce qui est des aménagements destinés à le
transformer en musée, la ville de Chartres a
déjà la promesse d’importants subsides et

serait en mesure d’y procéder sans grever le
budget municipal. Ainsi se trouveraient
assurés l’agrandissement du musée et la
conservation du vénérable palais épiscopal
qui s’élève auprès de la basilique, gloire de
la cité beauceronne. Tous les amis de l’art sou-
haiteront que la municipalité ait à cœur de me-
ner rapidement à bien un projet si séduisant.

L’État a décidé d’acquérir l’hôtel Biron,
pour en faire le lieu de réunion des Congrès
internationaux. Les admirables jardins, eux
aussi, seront conservés. Tous les amis de la
beauté de Paris se réjouiront avec nous de
cette heureuse solution, qui donne satisfac-
tion à l’opinion publique et aux vœux
exprimés ici même.

NOUVELLES

*** Dimanche dernier ont été inaugurés :

A Nantes, sur l’un des piliers de la grille
du Jardin des Plantes, un médaillon en
bronze de la poétesse Elisa Mercœur, œuvre
de M. de Boishérand;

A Charly (Aisne), un monument à la mé-
moire de M. Emile Morlot, ancien député de
l’Aisne.

*** Par arrêté en date du 26 novembre
1909, M. Eustache, architecte en chef des bâ-
timents civils et des palais nationaux, pro-
fesseur à l’Ecole des Beaux-Arts, est nommé
architecte de la section française des Beaux-
Arts à l’Exposition internationale qui aura
lieu à Rome en 1911.

*** Hier vendredi 10 décembre a eu lieu à
la Sorbonne la réception solennelle de M. Pel-
liot, professeur de chinois à l’Ecole fran-
çaise d’Extrême-Orient, qui vient de donner
à la France le premier rang dans l’explora-
tion archéologique de l’Asie centrale et de
faire de Paris, par les magnifiques collec-
tions de livres, de manuscrits et de peintures
loading ...