La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Seite: 9
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0019
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 2. — 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 11 Janvier.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI HATiB

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

x_e lETu.m.éro : O fr. 2=>

PROPOS DU JOUR

n a regret de constater le mauvais
état de l'arc de triomphe du Car-
1 rousel, et il suffira sans doute de
signaler cette négligence pour

qu'elle soit réparée. Ce charmant monument
■est, comme on sait, orné de sculptures qui mé-
ritent d'être traitées avec sollicitude. Comme
il n'y a aucun moyen de les protéger contre
les effets du temps et, plus encore, contre les
intempéries, la seule méthode efficace pour
les conserver est de les surveiller et d'aviser
chaque fois qu'une intervention est néces-
saire.

Les dégradations sont d'autant plus remar-
quées par le puMic que l'arc de triomphe du
Carrousel, par ses proportions, permet un
■examen assez attentif. Un grand monument
peut avoir beaucoup souffert sans que le
promeneur qui passe s'en aperçoive tout de
suite. Ce n'est certes pas une raison pour
l'abandonner à son sort et négliger un devoir
de conservation qui s'impose. Mais quand le
■monument est de ceux qui frappent la vue, et
dont le détail n'échappe pas à un spectateur
un peu minutieux, c'est une raison de plus
pour être averti de son état et ne pas remet-
tre à le réparer.

Faut-il rappeler aussi la situation excep-
tionnelle du monument de Perrier, encadré par
le Louvre, et répondant par delà les jardins
des Tuileries et les Champs-Elysées à l'arc
de l'Étoile ? Il y a peu de perspectives plus
admirées à Paris par les habitants et par les
étrangers ; il y a peu de quartiers de la ville
qui reçoivent plus de visites. Il est bon que
tous ceux qui viennent dans ces parages gar-
dent non seulement l'image magnifique qui
s'offre à eux, mais l'impression que la nation
■qui possède tant de beautés a le souci de les
bien conserver.

NOUVELLES

*** On inaugurera lundi prochain au musée
du Louvre la nouvelle salle consacrée, dans
le département de la sculpture moderne, aux
œuvres de Barye, dont la collection a été sen-
siblement accrue en ces derniers temps par
des legs que M. André Michel a relatés dans
ses récents articles de la Gazelle des Beaux-
Arts. Cette salle sera ouverte dès le lende-
main mardi au public. Nous en reparlerons
dans notre prochain numéro.

*** L'administration des Beaux-Arts fait
exécuter en ce moment, par la Manufacture
nationale de Sèvres, une série d'exemplaires
du buste de M. Fallières, président de la Ré-
publique, par M.Antonin Cariés, exemplaires
destinés, selon l'usage, à être offerts par le
président sortant aux ministres en exercice.

De leur côté, les ministres lui offriront, à
l'occasion de l'échéance de ses pouvoirs, un
objet d'art.

*** M. Carolus-Duran, directeur delà Villa
Médicis à Rome, vient de faire connaître qu'il
a l'intention de se démettre de ses fonctions
qu'il exerce depuis huit ans. Ces fondions
cesseraient à partir des vacances de Pâques.

**# Par arrêté du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arls, en date du
3 janvier, M. Patey, graveur en médailles,
est nommé professeur chef d'atelier de gra-
vure en médailles et en pierres fines à l'Ecole
des Beaux-Arts, en remplacement de M. Ver-
non, décédé.

*** M. Klotz, ministre des Finances, vient
de décider que la régie des tabacs et allu-
mettes, qui jusqu'ici était installée au pavil-
lon de Marsan, irait occuper au Palais-Royal
une partie des locaux précédemment occupés
par la Cour des Comptes et abandonnerait ses
anciens locaux au Musée des Arts décoratifs.

Une autre partie des anciens locaux de la
Cour des Comptes est affectée au départe-
ment des Beaux-Arts pour les services de la
Comédie Française.
loading ...