Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 9.1861

Page: 5
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1861_1/0009
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
de l'Acropole d'Athènes; mais elle a désiré que cette lettre vous
fût adressée de préférence, en mémoire de'nos fréquentes causeries
sur le Parthénon, se réservant pour elle-même ce que j'aurais à dire sur
le caractère et l'avenir du peuple grec. Je ne fais donc qu'user de sa per-
mission, en vous écrivant, ou plutôt je ne fais qu'obéir. Aussi bien, je suis
assuré de vous être agréable en vous parlant delà Grèce, de cette contrée
heureuse où furent enfantées les plus nobles et les plus belles créations
de l'esprit humain, et qui est ainsi pour vous une autre patrie.

Je vous le demande, en effet, quel voyageur peut mettre le pied sur
le sol de la Grèce, sans avoir à y saluer ses modèles, ses maîtres? Quelle
que soit sa condition, quels que soient ses talents, n'y trouvera-t-il point
la source de toutes les sciences, le prototype de tous les arts et l'exemple
des grandes vertus civiques? S'il est ingénieur, il se souviendra qu'Archi-
mède était originaire cle Mégare; s'il est mathématicien, il n'oubliera pas
à qui sont dus les théorèmes fondamentaux de la géométrie, les tables
élémentaires de l'arithmétique et tant de spéculations sublimes sur les
propriétés mystérieuses des nombres. S'il est historien, il se rappellera
Thucydide; médecin, il récitera les aphorismes d'Hippocrate; soldat,
loading ...