Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 9.1861

Page: 148
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1861_1/0155
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
I

LES STATUES DU PARTIE NON

FRONTON ORIENTAL

On connaît l'histoire des marbres précieux dont l'acquisition par le
gouvernement de la Grande-Bretagne a été le point de départ de la
révolution qui est en train de s'opérer dans notre manière d'envisager
l'art grec. Les statues du Parthénon ont été souvent décrites et gravées.
Je n'ai pas la prétention d'ajouter, par cette étude consciencieuse, à l'ad-
miration qu'elles inspirent universellement; mais peut-être aiderai-je quel-
ques-uns de ceux qui les ont admirées à se faire une idée de l'ensemble de
la décoration dont elles nous offrent les parties mutilées, à recomposer
dans leur imagination cette création merveilleuse du génie athénien à
laquelle la critique moderne n'a pas craint' de rattacher le nom de Phi-
dias, et qui nous offre une série de chefs-d'œuvre conçus et exécutés par
les plus grands maîtres, à la plus belle époque de la sculpture antique.

Personne n'ignore plus aujourd'hui que les Grecs étaient dans l'usage
d'orner de statues les frontons de leurs temples. Cette place dut être la
première qui reçut des sculptures lorsqu'on commença d'en mettre à
l'extérieur des édifices. « Le tympan, dit un critique, ce mur uni qui ca-
« chait l'intérieur de la toiture, n'était pas susceptible d'ornements ar-
u chitectoniques ; mais, en revanche, il offrait au sculpteur, au-dessus de
a la corniche, une base étendue, profonde de plusieurs pieds, suivant la
u grandeur de l'édifice, et un espace triangulaire bien encadré par la
(( corniche du fronton : cette circonscription dans une place éminente
u invitait, pour ainsi dire, à y déployer toutes les ressources de la sculp-
(( ture1. )> .

Le nombre des statues qui ornaient les frontons était calculé sur celui

i. Guill. Schlegel, Œuvres françaises, t. TI, p. 9..
loading ...