Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 20.1866

Page: 90
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_1/0096
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DERNIER TESTAMENT DE BENOIT BORDONO

PEINTRE EN MINIATURE 1


'1530, le 9 février, à Padoue.

u nom du Dieu tout-puissant. Ainsi soit-il. L’an
de l’Incarnation de Notre-Seigneur, mil cinq cent
vingt-neuf2, troisième indiction, le mercredi
neuf février, à Padoue, paroisse de Sainte-Sophie,
dans la demeure de maître Balthazar Bordono,
chirurgien, et dans une chambre de l’étage supé-
rieur, donnant sur le jardin.

Attendu que la volonté de l’homme est incon-
stante et mobile jusqu’au dernier jour de sa vie, mû par cette pensée et
convaincu de cette vérité, maître Benoît Bordono, peintre en minia-
ture, fils de feu Balthazar, demeurant ordinairement à Venise, sain
d’esprit, libre et dispos d’intelligence, quoique malade de corps et re-
tenu au lit, ayant résolu de révoquer un premier testament fait par lui à
Venise et d’en rédiger un autre, m’a mandé, moi Jean Antoine de Tré-
vise, notaire à Venise, pour me prier d’écrire le présent testament, de le
compléter et de le faire enregistrer après sa mort avec les clauses, addi-
tions et formes accoutumées et opportunes, suivant le style et les règles
de l’illustre cité de Venise, en s’exprimant ainsi :

En premier lieu, je révoque tout autre testament fait et réglé par
moi. Quand il plaira au Dieu suprême de rappeler mon âme à lui, je la
recommande humblement à toute la céleste cour. Je désire que mon
corps soit enseveli au lieu que choisira maître Balthazar Bordono, mon
neveu, avec le moins de frais possible.

1. L’original est en latin.

2. Dans les états de Venise, l’année commençait seulement au Ier mars.
loading ...