Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 20.1866

Page: 78
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_1/0084
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’OEUVRE DE M. MEISSONIER

E T I. E S

PHOTOGRAPHIES DE M. BINGHAM

ous avons publié, en mai 1862, dans la
Gazette des Beaux-Arts, le catalogue des-
criptif des Eaux - fortes et des Bois de
M. Meissonier. C’était la nomenclature de
l’œuvre direct du maître en dehors de la
palette et du pinceau, la liste de cent com-
positions précieuses dispersées çà et là,
dans des recueils parfois introuvables ou
dans des éditions épuisées; celle aussi de
ces gravures si libres et si achevées qui
ont placé M. Meissonier au premier rang
des peintres aquafortistes Le complé-
ment de ces notes, qui montrent l’artiste,
l’indication des œuvres de M. Meissonier
qui ont été gravées ou photographiées, c’est-à-dire des sources où il faut
puiser pour étudier, en dehors des originaux, dont plus d’un a quitté la
France et même l’Europe, ce talent si ferme et si fin, si simple et si
recherché, et dont un des plus rares mérites, ainsi que l’écrivait
M. Théophile Gautier, a été longtemps « l’invention dans le semblable »,

\. Quelque conscience que nous ayons apportée à ce catalogue, depuis ce jour,
des communications officieuses, des recherches mieux dirigées, le dieu Hasard, qui
favorise parfois les dévouements sincères, nous ont mis à même de presque doubler
ce que nous ne sommes plus en droit d’appeler qu'une première ébauche.

mais non le peintre, c’était
loading ...