Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 20.1866

Page: 289
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_1/0301
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ANTOINE BENOIST

PEINTRE ET SCULPTEUR EN CIRE IJ U ROI LOUIS XIV

’on savait, par les listes de l’ancienne Académie de
peinture, publiées dans les Archives de l’Art fran-
çais, qu’Antoine Benoist était mort le 9 avril 1717 à
l’âge de quatre-vingt-six ans, ce qui reporte sa naissance à
l’année 1631. De plus, bien que les mêmes listes le fassent
naître à Paris, on le savait né à Joigny. Restait à retrouver
son acte de naissance. M. de Montaiglon, me voyant partir
pour le département de l’Yonne, me pria de m’en occuper.
Je m’adressai, avec de bonnes références, à l’archiviste du
département, M. Quantin, et je lui indiquai, comme point
de départ de ses recherches, la date approximative 1631.
M. Quantin me répondit qu’il se ferait un plaisir de me communiquer cet
acte, dès qu’un de ses collègues de la Société des sciences de l’Yonne,
qui préparait une notice sur Benoist, l’aurait découvert et publié. J’écrivis
alors directement à M. l’abbé Desvignes, vicaire à Joigny, et quelques
jours après je recevais de lui la copie de l’acte en question, à laquelle
il avait joint une copie de l’inscription de l’Ilôtel-Dieu.

Ceci se passait au mois d’août 1861. Le 18 décembre suivant,
M. Quantin me fit la gracieuseté de m’envoyer le même acte (mais non
l’inscription). Son collègue, M. Jossier, venait de lire à la Société des
sciences de l’Yonne (séance du 8 décembre) sa notice sur Antoine Benoist,
publiée depuis dans le Bulletin de la Société. M. Jossier y raconte, avec
une louable candeur, comment, sur les indications de ma lettre, com-
muniquée par M. Quantin, il découvrit, « au bout de quelques minutes
seulement, » l’acte qui malgré ses recherches lui avait toujours échappé
jusqu’alors.

xx. 37
loading ...