Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 20.1866

Page: 455
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_1/0467
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
MANUSCRITS PRÉCIEUX.

455

5° Le livre de Régnault de Montauban;

6° Le livre du roy Pontus;

7° Le livre de Guy de Warwick b

8° Le livre du chevalier au cigne ;

9° Le livre de l’arbre des batailles;

10° Le livre de politique ;

11° Les chroniques de Normandie ;

12° Le Bréviaire des nobles (par le poëte Alain Chartier, mort en
1449) ;

13° Le livre des fais d’armes ;

14° L’ordre de la Jarretière 1 2.

Ainsi qu’on a pu l’observer, Guy de Warwick est un roman du cycle
anglo-saxon ; la généalogie d’Henri AI et l’ordre de la Jarretière sont
également des sujets anglais. Mais à part ces exceptions, tous les autres
traités appartiennent à la littérature française, qui, du reste, au xve siècle,
dominait presque sans partage de l’autre côté du détroit, parmi les classes
aristocratiques et cultivées, à l’instar et à l’égal de ce qui se passait en
France.

Ce livre, d’un bout à l’autre, est écrit en français. Il fut vraisembla-
blement exécuté en France par des mains françaises. Le peu de manuscrits
anglais enluminés qui restent de cette époque, présentent un cachet ou
caractère tout à fait distinct, qui ne se retrouve pas ici. L’analogie fran-
çaise est au contraire sensible.

Il fut offert à la reine, certainement, de 1445, année de son avène-
ment, à 1453 (mort de Talbot). Il y alieu de croire qu’il fut confectionné
pendant les trêves (1444-49) en Normandie, sous les yeux de Talbot, et
présenté peut-être à Marguerite dès l’époque même de son avènement.
Talbot, en effet, comme on va voir, y prend le titre de comte de Shrews-
bury, mais non ceux de Wexford et Waterfod, qu’il reçut en 1446.

Le volume s’ouvre par une grande peinture initiale, qui occupe pres-
que toute la page de cet in-folio. Elle représente l’intérieur d’un palais,
figuré naïvement comme dans une coupe d’architecture 3. Le roi et la
reine sont assis en majesté, entourés de tous les courtisans; la reine,
assistée de ses dames et damoiselles ; le roi, de ses officiers et gentils-
hommes. Talbot, à genoux, offre et dédie à la reine ce livre, conçu dans

1. Lord Talbot épousa en secondes noces Marguerite de Beauchamp, fille de Richard,
comte de Warwick.

2. Lord Talbot était "chevalier et Henri VT, le grand maître de cet ordre.

3. Comparez une vue analogue dans le livre d’Heures de Bedford. f° 288 v", ma-
nuscrit dont nous parlerons ci-après.
loading ...