Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 20.1866

Page: 466
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_1/0478
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
m

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

gogne, sœur de Philippe le Bon. A cette occasion les emblèmes personnels
du régent de France subirent une modification considérable. Il dut
joindre à ses armes, déjà écartelées de France et d’Angleterre, le blason
princier de la maison de Bourgogne. Il quitta, comme on le verra bientôt,
sa devise « à souhait » pour en prendre une autre. Au moment où cette
alliance, fruit du congrès d’Amiens qui eut lieu au mois d’avril de la
même année, fut contractée sous des influences politiques, le bréviaire de
Salisbury se trouvait en voie de confection. Or, par le fait du mariage,
ce volume n’était plus de mise, au point de vue que nous venons de
signaler. La nouvelle union du prince anglais, qui désormais devait
associer à ses prières une épouse française, et d’après la liturgie française,
dut concourir aussi pour une part à cet abandon.

Le livre inachevé demeura toutefois dans la maison du régent. On
trouve, en effet, au f° 106, le blason de Bedford uni dans le même
écusson à celui de Luxembourg. Or, la duchesse Anne étant morte en
1432, Jean de Lancastre épousa en secondes noces, le 20 avril 1433,
Jacqueline de Luxembourg. Ces armoiries sont placées au bas de l’une
des pages les plus splendidement ornées de ce manuscrit et qui illustre
l’office de la Nativité ou Noël. Elles paraissent avoir été ajoutées après
coup, dans l’année même qui suivit cette nouvelle alliance ou à peu
d’intervalle, puisque Bedford mourut en 1435.

Philippe de Morvilliers, premier président du parlement de Paris
sous la domination anglo-bourguignonne, exerça cette grande charge
jusqu’au jour (13 avril 1436) où la capitale rentra sous l’obéissance du
légitime roi Charles VII. Ce fut probablement dans la succession du
régent que Philippe de Morvilliers trouva ou recueillit, peut-être par don
des exécuteurs testamentaires, ce précieux volume, ce riche joyau, qu’il
transmit à sa famille, et que nous admirons aujourd’hui.

A. VALLET (de VIRIVILLE).

(La suite prochainement.)
loading ...