Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 21.1866

Page: 422
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_2/0438
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
GRAMMAIRE

DES ARTS DU DESSIN

A R cm T R C T U R E , S C U E P T U R E, PET N T U R E

ANNEXE AU LIN RE TROISIÈME.

GRAVURE.

GRAVURE A L’EAU-FORTE.

LA GRAVURE A l’eAU-FORTE,

QUAND ELLE N’EST PAS UNE PRÉPARATION POUR LA T AIL L E - D OtJ C E ,
DOIT ÊTRE GÉNÉRALEMENT EXÉCUTÉE SANS RÉGULARITÉ APPARENTE,
AVEC DES TRAITS LIBREMENT CONDUITS ET RAREMENT CROISÉS,

QUI, NE COUVRANT PAS TOUTE LA PLANCHE,

LAISSENT JOUER UN RÔLE A LA BLANCHEUR DU PAPIER.

Un soir que nous étions à feuilleter
sous la lampe quelques portefeuilles de
gravures , en compagnie d’un excellent
paysagiste, il nous disait : « Les peintres
font de la peinture dans leurs bons et
leurs mauvais jours; mais ils ne font de
l’eau-forte que dans leurs bons jours. »
En effet, ce qu’on entend par eau-forte,
parmi les artistes, c’est une composition
conçue en un moment de belle humeur,
qui se grave à mesure qu’on l’invente,
et dont l’exécution s’improvise dans une
matinée. Un peintre qui s’est promené à
travers champs un jour de poésie buissonnière, y a vu et regardé avec
complaisance ce que personne ne voit ou ne regarde : des enfants qui
loading ...