Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 167
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0181
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA CÉRAMIQUE

AUX EXPOSITIONS RÉTROSPECTIVES DE PROVINCE.
ORLÉANS. — QUIMPER. — REIMS

On a signalé à diverses reprises, depuis quel-
ques années, l’utilité des expositions rétrospec-
tives; elles éveillent le goût du public, le forment
peu à peu, mettent en lumière le sentiment
décoratif du passé, parfois dans les produits les
plus humbles ; elles fournissent en outre des
renseignements inattendus aux érudits et ap-
pellent le contrôle et la discussion ; aussi, à
mesure que ces expositions d’art ancien se pro-
pagent, le public s’v porte-t-il avec plus d’assi-
duité que jamais.

Les deux récentes expositions d’Orléans et de
Reims ont répondu au delà du désir des munici-
palités qui en avaient pris l’initiative, et si les
résultats financiers étaient publiés, on serait
surpris de voir combien de personnes sont préoccupées d’art dans les centres in-
dustriels.

La céramique était largement représentée dans les deux villes dont je parle. A
Orléans, M. l’abbé Desnoyers, très-préoccupé de ces questions et qui a prouvé com-
ment il les comprend en faisant don au Musée municipal d’une partie de ses collec-
tions, avait autant que possible groupé méthodiquement les faïences des diverses
contrées; à Reims, M. Dauphinot s’était donné tout entier à l’exposition de sa ville,
comme il se consacre à toute création utile aux intérêts matériels du pays.

A prendre d’ensemble les deux expositions et à chercher les produits céramiques
particuliers à ces deux contrées, Orléans avait fourni un groupe abondant de
faïences jaspées dont les fabriques du pays eurent longtemps le monopole ; dans la
région champenoise on devait s’attendre à voir un certain nombre de pièces de la
fabrique d’Aprey, qui fut la manufacture la plus célèbre des environs; elles étaient
rares. Par contre un groupe assez considérable de faïences des Ilettes, recueillies par
divers collectionneurs, semblerait prouver que cette fabrique répondait plus générale-
ment, par ses vives imageries sous émail, au goût des Champenois.

J’ai remarqué dans les deux expositions certaines pièces qui fournissent matière à
controverse; je les ai étudiées de près et j’essayerai d’indiquer le plus clairement pos-
loading ...