Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 334
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0356
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES ARTISTES CONTEMPORAINS

GÉROME1

Toutefois, l'hom-
me n’était pas de
ceux qui se laissent
aisément découra-
ger. Il avait mesuré
ses forces, et il
croyait qu’elles pou-
vaient suffire à lui
faire accepter la lutte. Sa réputation s’était
encore agrandie, malgré l’insuccès de
VApothéose d'Auguste; et si l’ambition de
vouloir devenir avant tout un peintre d’histoire
continuait de le tenter, il était maintenant en droit
de demander à l’administration de lui venir en
aide. C’était le temps où la ville de Paris entreprenait de ressusciter les
grandes traditions de la peinture murale, et le conseil municipal, que
n’aveuglait pas alors les passions politiques et anti-religieuses, ouvrait
aux artistes les chapelles des églises, comme le plus beau champ où se
puissent exercer leur imagination et leur talent. Avoir une chapelle à
peindre était l’honneur suprême, celui qui tirait le peintre hors des
rangs et consacrait son nom. Gérôme l’obtint facilement. On lui donna
deux murs à décorer dans l’église Saint-Séverin, rendue célèbre par les
fresques d’Ilippolyte Flandrin, et pour sujets : la Peste de Marseille et la

!. ^ir Gazelle des Beaux-Arts, 2e période, t. XIV, p. 218.
loading ...