Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 414
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0442
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UNION CENTRALE DES BEAUX-ARTS

APPLIQUÉS A L’INDUSTRIE

EXPOSITION

DE

L’HISTOIRE DE LA TAPISSERIE*

(SUITE ET FIN)

ES TAPISSERIES D’ORNEMENT. — De

toutes les tapisseries, quels qu’en soient
l’époque et le style, celles qui nous
touchent le plus sont celles où l’orne-
ment domine. D’abord on doit pouvoir
mieux, lorsqu’on les compose, en com-
biner l’économie avec ce qui doit les
entourer, de manière à faire de la
décoration de l’appartement un tout solidaire; puis on risque moins de
prétendre lutter contre la peinture. Enfin l’exécution peut en être plus
libre, et l’on s’aperçoit mieux en les voyant qu’on est en présence d’un
tissu.

Nous ignorons absolument si, en outre des verdures agrémentées de
chiffres, d’emblèmes et d’armoiries, le moyen âge connut les tapisseries
exclusivement d’ornement, et si Ton réalisa avec un tissu quelque chose
d’analogue à ce que les verriers appellent des vitraux légendaires, ou
même à ce qu’ils appellent des grisailles. Nous n’avons connaissance,
pour le supposer, que de deux broderies au point carré, sur canevas, I.

I. Voir Gazelle des Beaux-Arts, 2e période, t. XIV, p. 185 et 273.
loading ...