Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 138
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0148
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES

AQUARELLES, DESSINS ET GRAVURES

AU SALON DE 1876

I.

ous l’avouons, le promenoir réservé aux dessins,
aquarelles, fusains pastels et miniatures, ne pré-
sente, cette année, qu’un bien maigre intérêt ;
ainsi comprise et installée, cette exposition est plus
qu’insignifiante, elle est triste et fastidieuse, —
aussi est-elle absolument délaissée de la foule,
— et n’étaient les admirables dessins lavés, de
M. Laurens, pour Y Imitation de Jésus-Christ, une curieuse tête au
crayon, de M. Gaillard, et les compositions bizarres de M. Gustave Moreau,
nous serions tenté en vérité de n’en rien dire et de nous occuper uni-
quement de la gravure qui elle, au contraire, offre un vif attrait.

Sont-ce les aquarelles qui méritent de nous arrêter? De quelque côté
que nous tournions nos pas, nous les voyons ternes, opaques, sans trans-
parence dans le ton, sans esprit et sans légèreté dans la touche. Les
exceptions sont rares; ce sont MM. Edmond Morin, avec une charmante
aquarelle, Une Averse au boulevard des Italiens, qu’il a traduit pour la
Gazette en une charmante eau-forte, Maxime Claude, Harpignies, Bou-
dier, Pierre Gavarni, bien qu’il ait un procédé essentiellement lourd et
monotone, Mine Nathaniel de Rothschild, dont les aquarelles ont le mérite
tout au moins d’être claires, légères et rapidement exécutées, M. Dartein,
— tous noms connus de longue date, — et quelques étrangers appartenant
pour la plupart à la petite école des Fortunistes; comme MM. Pio Joris
et Filosa. Il faut bien le dire, hélas ! nous n’avons eu en France, sauf
loading ...