Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 538
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0574
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES ÉDITEURS CONTEMPORAINS

HACHETTE

e premier article de cette série, entreprise il y
a deux ans, était consacré à la plus ancienne
des maisons de librairie française, et Ton ne
s’attendait pas alors à en voir sitôt disparaître le
chef vénéré, M. Ambroise Firmin-Didot; nous
avons rendu à ce bibliophile éminent, à cet ama-
teur éclairé des choses de l’art, le tribut
d’hommages et de respect qui lui était dû. L’édi-
teur dont nous voulons parler aujourd’hui, pour être de moins vieille
noblesse, n’en a pas moins de titres à la reconnaissance de tous ceux qui
puisent dans la culture de l’esprit leurs plus grandes jouissances,
quel que soit du reste l’objet de leur prédilection, les sciences, les lettres
ou les beaux-arts.

Éditeurs nous-mêmes, et voués depuis longtemps aux travaux de
propagande artistique et de vulgarisation, — le mot employé dans son
acception la plus élevée, — nous ne saurions rester indifférents aux efforts
que d’autres développent dans la même voie, et nous aimons à leur faire
honneur des progrès qu’ils accomplissent. Aux artistes nous réservons
la plus grande part de cette revue : ils sont ici chez eux; mais il n’est
que juste d’y admettre, de temps à autre, le collaborateur infatigable
de leur fortune et de leur renommée, l’éditeur qui répand leur pensée
à des milliers d’exemplaires et qui, par le miracle de l’enseignement, fait
germer aux quatre coins du monde la clientèle future de l’art et des
artistes.

Le titre que revendique entre tous la maison Hachette, c’est d’être
une librairie classique. Certes, le mot avait en 1822, — quand l’éminent
fondateur de cette maison sortit de l’École normale supérieure, Tannée
même qui vit la suppression de cette école, — une signification précise que
Ton a dû amplifier pour l’accommoder au goût et aux besoins modernes.
Il faut aujourd’hui l’expliquer par un commentaire ou plutôt lui restituer
loading ...