Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 50
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0060
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ARCHITECTURE IONIQUE EN IONIE

LE TEMPLE D’APOLLON DIDYMÉEN1

ni.

FOUILLES.

e temple de Didymes a été renversé
par un tremblement de terre, à une
époque assez récente, car une petite
église a été ensevelie par la catas-
trophe. Les tambours des colonnes et
les blocs énormes qui formaient les
murs du naos ont été précipités en
Ions sens, les uns dans l’intérieur du
périmètre de l’édifice, les autres bien
loin au delà. Trois colonnes seule-
ment sont encore debout, deux au
nord adjacentes, une autre au sud, isolée. Ces trois colonnes dominent
de beaucoup l’amoncellement des débris et se voient de fort loin en
mer. Au commencement de ce siècle, des Grecs de Samos sont venus
bâtir un village en cet endroit. Ces gens, s’ils ne démentent pas tou-
jours le proverbe fort en vogue dans l’Archipel : « lap.uo-viç, yfXs-T^ç :
Samien, voleur », sont intelligents, actifs et bons ouvriers. Les mai-
sons assez misérables qu’ils se sont construites se pressent tout autour
du temple, grimpent même çà et là sur les ruines, s’appuient sans façon
aux colonnes, aux restes de murs. Du côté est, sur un monticule formé
par les décombres, s’élève un moulin à vent.

C’est de ce moulin que l’on peut le mieux se rendre compte de
l’aspect et du plan des ruines. Si on regarde de là vers le sud-ouest, on

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, 2e période, t. XIII, p, 497.
loading ...