Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 306
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0328
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
306 GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

sur les spectacles de la nature, sans paraître les approfondir, sans chercher
les rigueurs de la forme exacte, mais il avait la vision juste, le sentiment
de l’ensemble, la rare notion de l’exquis dans la couleur et dans la
lumière. L’impression première l’a guidé, la facilité lui a été une muse.
11 était obligé de parler vite, ayant tant de choses dans l’esprit et si peu
de temps pour les dire. Je ne sais pourquoi Bonington m’a toujours fait
penser à Watteau. Ils se ressemblent par leur belle ardeur au travail, par
leur inquiétude cachée, et aussi par la maladie, qui leur fit, à tous deux,
une existence si courte. Les fêtes de la couleur les enivrent et ils dissi-
mulent le mal qui les ronge. Leur peinture est brillante et gaie, leur
fantaisie est inépuisable; ils auraient le droit d’être amers, ils sont doux
et consolants. Us vont mourir et ils sourient.

PAUL MANTZ.
loading ...