Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 17.1864

Page: 149
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1864_2/0158
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
MUSÉE DE CARLSRUHE.

\h 9

glorifié? Quels services a-t-il rendus à son peuple, dont il soit juste que
celui-ci se montre encore reconnaissant? En quoi peut-il être offert pour
exemple aux souverains d’une autre époque et d’autres contrées? La
réponse est courte et facile : Auguste aimait les arts et leurs productions;
il a fondé le premier musée qu’ait eu l’Europe, musée qui a fait, qui fait
et qui fera à tout jamais la gloire et le profit de sa petite capitale. Voilà
pourquoi son nom ne peut plus périr, pourquoi Dresde lui reste recon-
naissante, pourquoi son exemple doit être rappelé constamment à tous
ceux qui gouvernent les peuples. Disons donc après le Psalmiste : Et
mine, reges, intelligile ; erudimini, qui judicatis ter ram.

LOUIS VIARDOT.
loading ...