Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 17.1864

Page: 160
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1864_2/0169
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE PARIS A BADE

l est, surprenant qu’un Voyage à tra-
vers les collections de la Province n’ait
point encore tenté quelqu’un des esprits
érudits de notre époque. Rien ne serait
plus instructif pour celui qui écrirait ce
livre, rien ne serait plus utile pour ceux
qui s’occupent de l’histoire de l’Art et de
la Curiosité, rien ne serait plus désirable
pour tout le monde. Les collections de la
province ne se forment ni aussi rapide-
ment, ni aussi banalement que celles de Paris. Le plus ordinairement elles
ont pour point de départ l’histoire même de la ville ou de la région
qu’habite le collectionneur. Elles renferment un grand nombre d’objets
qui ont une filiation certaine, ayant été transmis par héritage, achetés à
la vente de personnes connues ou découverts chez des paysans. La diffi-
culté même de rencontrer ces objets — là où il n’y a point un marché
permanent comme l’hôtel Drouot — fait qu’ils sont en petit nombre, choisis
discrètement, rassemblés et groupés avec ordre. Ils instruisent par le
fait même de leur réunion, comme le titre de ces volumes et de ces
plaquettes que l’on parcourt de l’œil dans les rayons d’une bibliothèque
spéciale.

Un Voyage à travers les collections de la Province préparerait pour
la campagne prochaine — bien autrement fructueuse, il faut l’espérer,
que celle que nous avons vue mourir non pas d’inanition, mais sous l’apa-
thie générale — de sérieuses expositions d’objets d’art et d’archéologie.
loading ...