Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 17.1864

Page: 159
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1864_2/0168
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA MAJOLIQUE ET LA PORCELAINE.

159

plus de détails dans les livres de comptes des années 1522, 1523 et 152Zi;
on y trouve aussi le nom du maître-ouvrier, un certain Biagio Biasini de
Faenza, et c’est probablement lui qui, après la mort de Sigismond, sera
passé au service du duc. Il reçoit un salaire mensuel de six livres, et on
lui paye les frais d’un voyage pour aller à Faenza acheter de la terre et
du sable. Il est aussi question du four, du plomb, de l’étain, des cou-
leurs, du moulin pour les broyer, de la roue du tour, de tous les divers
ustensiles nécessaires à ce genre de travaux. Puis, en 1523, se présen-
tent les noms de trois peintres dont le principal est désigné sous le nom
de Frate, peinlre en majolique1. Les deux autres étaient Grasso et Zaffa-
rino, artistes inconnus. La mort de Sigismond, arrivée le 9 août 152A,
mit un terme à ces travaux.

GÏUSEPPE GAMP ORI.

La suite a la prochaine livraison.

1. Nous avons signalé l’existence, en 1493, d’un Frère, Melchior de Faenza, auquel
nous joindrons, en raison de l'analogie de nom, de profession et de temps, J. B.
Carli, dit le Frate de Fossombrone, dont le nom se trouve sur quelques vases de
pharmacie, et dans un acte de 1512 (Raffaelli, Memorie delle maioliche daranline,
Ferrno 1842, p. 48).
loading ...