Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 17.1864

Page: 150
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1864_2/0159
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA MAJOLIQUE ET LA PORCELAINE

DE FERRARE

Le goût, la passion des con-
temporains pour les arts de se-
cond ordre, pour ceux-là surtout
qui, par quelque côté, se ratta-
chent à l’industrie, — classe où
la céramique occupe une place
distinguée, -— est un des traits
les plus marquants et les plus en
saillie de notre siècle, qui ne sait
pas séparer l’idée du beau de
celle de l’utile ; qui se plaît aux
entreprises nouvelles et que per-
sonne n’avait encore essayées ;
qui réhabilite et remet en hon-
neur ce que les générations pas-
sées avaient laissé tomber dans
l’oubli. Quand nous voyons les
plus riches amateurs de tous les
pays se disputer à l’envi les uns des autres et payer, au poids de l’or, les vases
et les plats en majolique d’Urbino, de Pesaro et de Faenza; quand nous
voyons explorer avec ardeur l’histoire de ces manufactures, enregistrer
soigneusement les indications de pays, de fabriques, les inscriptions, les
dates, les noms des artistes; il nous faut bien admettre que les tendances
loading ...