Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 17.1864

Page: 430
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1864_2/0444
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
430

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

APPENDICE

a l’essai bibliographique des anciens modèles de lingerie, dentelles et tapisseries,

PUBLIÉS EN ITALIE AUX XVIe ET XVIIe SIECLES.

Depuis la publication de notre Essai bibliographique des anciens
modèles de lingerie, dentelles et tapisseries, publiés en Italie aux xvi1, et
xvne siècles \ aucun renseignement ou rectification ne nous étant par-
venu , en dehors de la brochure de M. Alvin et des communications de
M. le comte Manzoni, dont l’érudition égale la courtoisie, il nous est donc
permis de penser, sans trop de présomption, qu’on ne saurait ajouter
beaucoup à notre Essai, après les notes nouvelles que nous allons
donner.

Le travail très-consciencieux de M. Alvin, conservateur en chef de la Bibliothèque
royale de Bruxelles, publié au mois de décembre 1862 2, et dont nous n’avons pas pu
tenir compte dans la première partie de cet essai, déjà rédigée à cette époque, nous
oblige de revenir sur nos pas. Nous avons déjà mis en garde les collectionneurs contre
l’industrie coupable de certains libraires, qui, à l’aide de feuillets séparés et tirés d’ouvra-
ges différents, composent des recueils qu’on ne sait comment classer. Ces fraudes datent
de loin; les libraires-éditeurs du xvic siècle n’étaient pas moins adroits que certains de
leurs successeurs plus modernes. Les clichés passaient d’une main à l’autre, et les édi-
tions se multipliaient d’une façon indéfinie. On ajoutait un nouveau titre, et le tour était
fait. Les expressions : nuovcimente stampato —non piu vislo, prodiguées à l’aventure,
perdaient ainsi toute signification. Nous craignons fort que l’ouvrage dernièrement
acquis par la Bibliothèque de Bruxelles, et si exactement décrit par M. Alvin', ne soit
un nouvel exemple à constater de ces pastiches que nous dénonçons. L’exemplaire est
évidemment incomplet; citons-le pourtant à tout hasard.

« Ornamento nobile per ogni gentil matrona dove si contiene bavari (collerettes),
frisid infmita bellezza, lavori per Lenzuoli, Traverse, etc., pieno di figure, Ninfe,
Satiri, Grotesche, Fontane, Musiche, Caccie di Cervi, Ucelli, ed al tri animali... con ponti
in aria fiammenghi, etc. Opéra per pittori scultori e disegnatori, etc., fatta da Lucrelia
Romana, il quinto volume di suoi lavori... Dedicato aile virtuose donne in Yenetia. »
20 planches in-folio, plus un titre avec vignette. Lucretia Quistelli dalla Mirandola
n’était pas romaine, mais de famille lombarde, et son mari citoyen de Bologne. Si ce
nom de Lucretia Romana n’est pas un pseudonyme sous lequel se cache celui d’EIi-
sabetta ou Isabella Catanea Parasole (voyez n° 44 et aussi plus loin), nous inclinons,
avec M. Alvin, à croire que ce nom est une dénomination toute de fantaisie aussi bien
que les autres de : Corona, Fonlana, Specchio, Monte, Giardino, etc. Dans trois

!. Gazette des Beaux-Arts, tome XV, p. 3i2.

2. L'Écho du Parlement belge, n° 28, décembre 1862 et janvier 1863, et le Journal des Dames
et Demoiselles, juillet 1862 et août 18 63.
loading ...