Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Seite: 442
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0472
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ART ET INDUSTRIE AU XVIe SIÈGUE

LE TOMBEAU DE GASTON 1)E FOIX

i.

e touriste qui se rend de Milan à
Saronno dans le but de visiter l’é-
glise de Notre-Dame, pour y admi-
rer le concert des anges de Gau-
denzio Ferrari et les incomparables
fresques de Bernardino Luini, ces
chefs-d’œuvre de l’école milanaise,
le touriste, dis-je, arrivé à huit kilo-
mètres de la ville, découvre sur sa
droite un vaste château du xvne siè-
cle, dont les grilles dorées brillent
au loin sous le soleil. Une large et ma-
jestueuse avenue conduit à cette belle résidence, qui se dessine sur un
rideau de chênes séculaires, entourée de trois côtés par des massifs d’ar-
bustes rares, des serres chaudes, des charmilles, des ifs taillés, comme un
Versailles en petit, avec cette différence à son avantage, qu’on y voit
végéter en pleine terre de grands et beaux palmiers : un effet de paysage
que Lenôtre n’aurait pu faire entrer dans sa composition. Ua contrée
n’est qu’une vaste plaine plantée de mûriers et de vignes, mais Ton
découvre tout près ces premiers échelons de collines qui, de plateau en
plateau, s’élèvent jusqu’aux montagnes de Corne, et plus loin, les Alpes
de la Suisse et leurs neiges éternelles bornant l’horizon. Ces premiers
mamelons, se reliant les uns aux autres, ne sont en effet que les
loading ...