Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 26.1882

Page: 26
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_2/0034
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’A RT EN PORTUGAL

(troisième et dernier article1)

uivent les deux salles I et J, où nous
attirent surtout quelques beaux spéci-
mens de sculpture italienne. Des vitrines
dressées contre les murs, un peu à
contre-jour, contiennent des harnais su-
perbes de la Casa real, qui peuvent aller
de pair avec cette extraordinaire collec-
tion de carrosses sculptés dont aucun
pays du monde n’offre d’aussi curieux
spécimens. Les Indes elles-mêmes, et
les délires d’ornementation des artistes
de l’extrême Orient, dans les sculptures en bois des bonzeries et des
temples, n’approchent point de ces étonnants véhicules, dont l’avant fait
penser aux proues des galères du xvir siècle. Plus de soixante de ces
voitures décorent les remises du petit palais de Belem ; aussi donnons-nous
ici une reproduction de celle du roi Jean Y.

Une sedia gestatoria (cadeira gestatoria) au triple écusson des Sal-
danhas et des Gamas, surmontée de la tiare, représente les privilèges payés
si cher à la cour pontificale par Jean Y, poussé dans cette voie par les or-
gueilleux prélats qui voulaient jouir des privilèges du Vatican. Tout à côté,
un paravent gaufré, en papier, singulier échantillon de l’art des colonies
portugaises, montre la série des souverains du pays, depuis don Henrique
jusqu’à don Pedro, avec les luttes soutenues dans les régions d’outre-mer.
11 y a une parenté étroite entre ce spécimen d’art indo-portugais et les
porcelaines chinoises faites sur commande par les Européens ; on suppose
que ce paravent a appartenu à Pedro Jacques de Magalhaës, un des chefs

1. Voir Gazelle des Beaux-Arts, t. XXV, 2e période, p. 445 et 555.
loading ...