Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 26.1882

Page: 341
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_2/0358
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE TISSU ANCIEN

A

L’EXPOSITION DE L’UNION CENTRALE DES ARTS DÉCORATIFS

fectionMes tissus, notre époque n’a pas progressé.

Nous assistons cependant en France, depuis quelques années, à une
sorte de renaissance du tissu, que nous sommes heureux de pouvoir con-
stater. En exhumant les trésors de nos vieilles cathédrales, les quelques
fragments qui restaient des merveilleuses étoffes du moyen âge n’ont
pas été sans attirer l’attention des archéologues et des artistes qui les
ont étudiées et admirées. « De sentir à vouloir reproduire, il n’y a qu’un
pas », a dit Tœpffer; ce pas a été fait par quelques fabricants de soie-
ries de notre époque, épris des anciens modèles qu’ils avaient sous les
yeux; ils les ont d’abord imités plus ou moins servilement, et s’en sont
servis dans la suite pour créer des compositions nouvelles inspirées du

or s que l’on étudie les di-
verses transformations qui se
sont opérées dans l’industrie
textile, il faut bien arriver à
reconnaître que l’apogée de l’art
appartient aux générations qui
nous ont précédés. Nous avons
surtout profité des grandes dé-
couvertes de la science mo-
derne, qui sont assurément de
très puissants auxiliaires, per-
mettant de produire vite et à
bon marché, mais pour la com-
position des dessins et la per-
loading ...