Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Seite: 157
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0169
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
VIRGILE SOLIS

VirgileSolis, né à Nurembergenl51à et
mort clans la même ville en 1570, appartient
à une catégorie de graveurs qu’on distingue
communément sous le nom depetits maîtres
à cause de l’exiguïté de leurs œuvres. Une
immense quantité d’ouvrages portent le mo-

nogramme de cet artiste, et comme il se faisait beaucoup aider dans son
travail, leur valeur est nécessairement fort inégale. Son portrait est
accompagné d’une inscription sur laquelle on lit : « J'ai formé maint ar-
tiste et les artistes m’appelaient leur père ». Solis a peint, enluminé des
estampes, gravé au burin et à l’eau-forte, et fait une multitude de dessins,
en vue des gravures sur bois qui s’exécutaient ensuite sous sa direction.
Bien qu’il ait abordé tous les genres, qu’il ait reproduit des tableaux de
Raphaël, gravé une suite de portraits des rois de France, fait des dessins
pour les Métamorphoses d’Ovide, les Fables cl’Ésope, etc, c’est surtout
comme ornemaniste qu’il est connu, et c’est seulement sous ce point de
vue que nous voulons en parler aujourd’hui. Si l’on veut apprécier sa
valeur sous ce rapport, il faut d’abord se rappeler que l’époque où il pro-
duisit ses travaux fut celle du grand développement de la Renaissance
Italienne.

Pour les gens du Nord ayant peu ou point voyagé, cette évolution
fut réellement une initiation à des principes d’ordre et de sagesse,
dont ils reconnurent la supériorité en les appliquant à leur façon
d’une part, à l’aide des formules orientales propagées en Italie par les
artistes grecs lorsqu’ils y arrivèrent après la chute de Constantinople
en 1453 ; formules que Venise avait déjà contribué à faire connaître avec
son commerce levantin; d’autre part, avec le secours de la volute menui-
loading ...