Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 518
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0554
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
518

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

Bible. Le millésime d iii m peut désigner l’année 1497 ou 1503. Dans tous les cas,
Benjamin, pour lequel on copiait le ms. 164 de la Bibl. nat., en 1448, était encore
bien jeune.

Nous ajouterons qu’en 1497, — c’est la date que nous adoptons, —
il devait être assez âgé, ce qui ne répond guère au caractère de la figure
représentée par le sculpteur. Quand à l’inscription latine post tene-
eras, etc...., nous croyons qu’il faut mettre un point après felicitatis et
considérer jüdex oies ultimus comme une phrase distincte ayant son
sens propre : « Le dernier jour est seul juge de notre vie ».

13. —Le Christ au tombeau. — Bas-relief en bois sur fond d’or.
H. 0,255 ; L., 0,310. — Style vénitien du commencement du xvie siècle,
au moment où brillait l’art des Bellini, où allait naître celui de Giorgione.
Ce chef-d’œuvre, ainsi que nous l’avons dit dans notre précédent article,
est peut-être la plus admirable sculpture en bois qui existe. Du moins,
nous n’en connaissons pas dans ce genre qui puisse lui être comparé. Le
travail souple, libre et simple des draperies, le modelé plein et expressif
des têtes est d’un caractère merveilleux. Il est digne d’être mis entre le
Concert du Giorgione, au Louvre, et la Déposition de Jean Belin, au
Brera. C’est du même ordre, de la même élégance que l’un, du même
style pathétique que l’autre.

LOUIS GONSE.
loading ...