Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 144
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0160
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
COUP D’OEIL

SUR

L'ÉTAT PRÉSENT DU CAIRE

ANCIEN ET MODERNE

(troisième et dernier article1)

III.

((VIEILLERIES)) DU CAIRE.

ujourd’nui, lorsqu’on veut éviter la rencontre
des ruines de fraîche date ou des constructions
insipides, il faut se cantonner dans des espaces
assez restreints. La rue qui descend de la citadelle
à Bab ez-Zoweilèh (porte de la cité des Fatimites)
s’est conservée assez intacte, et si les mosquées
remarquables qui la bordent sont bien délabrées,
du moins n’a-t-on pas cherché encore à les restau-
rer. A droite, en descendant, il y a le groupe charmant des mosquées de
Kagh-bây (1502) et de Ak-Sonkor (1347) dont la première, ainsi que d’au-
tres vues du Caire, a été dessinée par M. Mauss, architecte du gouverne-
ment français, en un temps où l’on n’avait pas encore à déplorer les
dégradations qui ont mutilé les monuments et changé l’aspect des sites.

Au bout de cette rue, qui conserve encore quelques remarquables édi-
fices du xive et du xve siècle, Sultan Chabân, Emir El-Mardany, Emir
Kidjmâs, etc., on aperçoit, flanquée de ses énormes tours que surmontent

\. Voir la Gazette, t. XXIV, p. 42L et t. XXV, p. 55.
loading ...