Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 524
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0508
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
JOURNAL

D U

VOYAGE DU CAVALIER BERNIN1

EN FRANGE

PAR M. DE CHANTELOU

MANUSCRIT INÉDIT PUBLIÉ ET ANNOTÉ PAR M. LUDOVIC LA LAN NE
(SUITE)

e vingtième septembre, je suis allé le matin chez le Ca-
valier et l’ai trouvé travaillant au petit Jésus du signor
Paul. II m’a dit qu’il lui donnait quelques caresses,
puisque c’était pour la Reine. Je lui ai répondu qu’elle
avait témoigné d’être bien aise de ce que je lui avais
hier dit que c’était pour Elle, lorsqu’elle considérait cet
ouvrage. Je lui ai fait voir ensute des peaux d’ours, que
je lui avais fait apporter. M. Morain2 3 4 est venu après,
à qui j’ai fait voir le buste. Sur les dix ou onze heures, M. Colbert est arrivé.
Il s’est mis à considérer le buste à son ordinaire, et l’abbé Butti et moi
l’ayant loué, lui montrant l’endroit où avait travaillé le Cavalier, il3 a pris
la parole et a dit -.Bisognerebbe che Vopéra parlasse e non loroi. Il s’est mis
après à entretenir M. Colbert en particulier, ce qu’ayant vu je me suis d’abord
retiré; puis après, entendant que M. Colbert parlait français, je me suis rap-
proché afin de servir d’interprète. J’ai trouvé qu’ils parlaient de l’ouvrage à
faire à Saint-Denis et que le Cavalier disait ce qu’il m’avait dit le jour pré-
cédent. M. Colbert a témoigné de la répugnance au dessein de faire un lieu
si grand qu’il pût servir à plus de douze ou quinze sépultures de rois, puisque

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, t. XV, 2e période, p. 181, 305 et 501; t. XVI, p. 170 et 316;
t. XVII, p. 71; t. XIX, p. 283 ; t. XX, p. 273, 447; t. XXI, p. 185 et 378; t. XXII, p. 94 ;
t. XXIII, p. 271 et t. XXIV, p. 360.

2. C’est peut-être le compatriote de Chantelou, l’abbé Louis Morin, médecin et botaniste,
membre de l’Académie des sciences, né au Mans en 1636, mort en 1715.

3. Il, le Cavalier.

4. « Il faudrait que l’ouvrage parlât et non eux. »
loading ...