Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 602
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0594
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION INTERNATIONALE DE PEINTURE

GALERIE GEORGES PETIT

ou s applaudissons à l’idée qu’a eue
M. Georges Petit d’exposer dans sa belle
galerie de la rue de Sèze un choix d’ou-
vrages dus aux peintres étrangers les plus
renommés. Le Salou annuel ne nous montre
guère, en dehors de la peinture française,
que les œuvres cl’artistes dont la réputation
est encore à faire : beaucoup de ceux-ci, il
est vrai, occupent déjà un rang distingué,
mais les maîtres se tiennent à l’écart.

Nous comprendrions difficilement que l’on vînt condamner cette entre-
prise au nom de l’intérêt français ; les droits du public sont indiscutables,
et il protesterait certainement contre une exclusion qui mettrait des bornes
à son droit de jouissance ; futilité de ces expositions pour les artistes
ne nous semble pas moins évidente. L’expérience a prouvé que l’art ne
saurait bénéficier cl’un protectionnisme exagéré; en tournant sans cesse
dans un même cercle, il restreint forcément son champ d’exercice; le
manque de points de comparaison le conduit insensiblement sur la pente
des formules et des redites à une certaine uniformité où il s’endort d’un
sommeil qui peut lui être fatal.

L’exposition comprend deux artistes allemands, MM.Menzel etKnaus;
deux Anglais, MM. Millais et Alma Tadema; deux Russes, MM. Bogoluboff
et Pokitonow ; un Italien, M. de Nittis ; un Espagnol, M. de Maclrazo; un
Autrichien, M. Charlemont; un Belge, M. Alfred Stevens; un Hollandais,
M. Israels ; enfin, un Suédois, M. Wahlberg. Par un sentiment de conve-
nance qu’on ne saurait trop approuver, les organisateurs de l’exposition
ont tenu à ce que des peintres français fissent les honneurs d'une récep-
loading ...