Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 385
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0357
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
UNE RIVALITÉ D’ARTISTES

AU XVIe SIÈCLE

MICHEL-ANGE ET RAPHAËL A LA COUR DE ROME

(deuxième et dernier article^)

end an t près de deux ans Bramante et Michel-
Ange s’observèrent attentivement l’un l’autre. Mais
chacun d’eux étant inattaquable dans sa position,
force leur fut de rester sur la défensive1 2. S’il
fallait en croire Vasari, Bramante aurait le premier
recommencé les hostilités; l’instrument dont il se
serait servi n’aurait ôté autre que Bapbaël. Profitant
de l’absence du maître florentin, il conduisit son
favori dans la chapelle Sixtine, dont il avait les clefs, et lui permit de copier
à son aise les figures de son rival. Raphaël profita de ces facilités pour

1. Voir Gazelle des Beaux-Arts, t. XXV, 2" période, p. 281.

2. Un passage, jusqu’ici non relevé, du Diarium de Paris de Grassis, nous montre
quelle tyrannie Michel-Ange exerçait dans la chapelle Sixtine. En 1508, la veille de la
Pentecôte, le Pape ayant ordonné de célébrer les offices dans sa chapelle favorite, les
cardinaux furent reçus, à leur entrée dans le sanctuaire, par des nuages de poussière
partant des échafaudages de la voûte, et par un bruit assourdissant. Ordre donné aux
loading ...