Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 186
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0202
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES

MÉDAILLEURS DE LA RENAISSANCE

FRANCESCO LAURANA ET PIETRO DA MILANO
PAR M. ALOÏSS HETSS 1

(DEUXIÈME ARTICr. e')

er vent amateur et chercheur infatigable,
M. Aloïss Heiss poursuit le cours de ses
savantes études sur les médailleurs de
la Renaissance : après Yittore Pisano , il
nous présente aujourd’hui deux hommes
de moindre importance, mais intéres-
sants l’un et l’autre, Francesco Laurana
et Pietro da Milano. L’auteur a judicieu-
sement réuni dans un même fascicule
les noms de ces deux artistes, qui ont
travaillé en même temps à la cour de
René I d’Anjou, sous les yeux et d’après l’inspiration de ce prince.

C’est une curieuse figure, tranchant sur les physionomies un peu
rudes du xvR siècle, que celle de ce René, duc d’Anjou, de Lorraine et de
Rar, comte de Provence et roi de Sicile. Roi le plus souvent sans cou-
ronne, prisonnier quelquefois, guerrier toujours malheureux, il doit le
meilleur de sa gloire à la protection continue qu’il accorda, lettré et
artiste lui-même, aux lettres et aux arts de son temps. A côté de la cour
bourgeoise et astucieuse de Louis XI, de la cour fastueuse et guerrière de
Philippe le Ron et de Charles le Téméraire, la petite cour de René, sans
avoir l’importance ou l’éclat de celle de France ou de Bourgogne, tient

L Nous avons parlé du premier fascicule de l’important ouvrage de M. Heiss
dans la Gazette des Beaux-Arts du 1er août 1881.
loading ...