Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 164
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0180
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

16 h

Nous ne pensons point que dans les circonstances présentes, où il
s’agit de ne pas perdre son temps, où le maigre budget du ministère
des arts se trouve engagé pour plusieurs exercices, il soit logique et pru-
dent de procéder, comme on l’a fait pour les écoles de Roubaix, de Limo-
ges, de Bourges, par millions consacrés à la construction d’écoles monu-
mentales ; de songer à créer partout des institutions artistiques nationales}
indépendantes des municipalités et ressortissant directement au ministère.
La création la plus urgente, la plus indispensable, est celle d’un grand
musée central des arts, musée d’originaux et de moulages, qui pourra
fournir sinon gratuitement, du moins à des conditions très minimes, cà
toutes les écoles de France, les meilleurs modèles d’œuvres d’art, les
éléments d’instruction et d’éducation artistiques. Les écoles spéciales fon-
dées et entretenues par les associations industrielles, par les syndicats
professionnels, et dont les ressources sont insuffisantes, devront être
encouragées et subventionnées. Quant aux établissements de province,
dont l’extension exige un développement de locaux ou des constructions
nouvelles, la fondation d’une caisse générale des écoles d’art, analogue à
celle des collèges et lycées du ministère de l’instruction publique, qui
ferait des avances de fonds aux municipalités, serait plus utile, moins
onéreuse pour l’État et les municipalités, que le système de subventions
gouvernementales et d’expropriations administratives adopté jusqu’ici.

Quoi qu’il en soit du mérite de notre proposition, de sa valeur pratique,
il est urgent que l'on ne se désintéresse point de ces graves questions, du
mouvement et de l’agitation pour la renaissance et le développement des
arts, qui se produisent de toutes parts, dans le nouveau et dans l’an-
cien monde. Nous sommes sérieusement menacés dans notre prospé-
rité et dans notre gloire artistiques. Caveant consules.

P.-S. — Depuis que nous avons écrit cet article, M. le ministre des
arts a institué une commission spéciale chargée de faire une enquête sur la
situation actuelle des ouvriers et des industries d’art. Sur les conclusions
de cette commission, dont nous avons l’honneur de faire partie, le gou-
vernement proposera au parlement les mesures législatives qui lui paraî-
tront nécessaires pour favoriser le développement et la prospérité de ces
industries, et pour introduire dans l’instruction publique l’obligation de
l’enseignement des principes généraux et élémentaires du dessin.

MAR IUS VA CI-ION.
loading ...