Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 403
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0375
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SONETTI D’ARTE.

h 03

BALUSTRADE D’UN TOIT D’ÉGLISE

A MON AMI LUDOVIC LETRONE

Les bijoux repercés n’ont que l’air du caprice;

Leurs dessins sont trop plats, trop minces, trop unis ;
On y sent le poinçon et le coup de matrice,

Et l’on n’a que le choix du mat ou des brunis.

La vieille balustrade est bien plus séductrice,

Et ses motifs plus gras ne sont pas aplanis ;

La course s’en déroule en un relief moins lisse,

Et partout l’œil s’v joue aux détails infinis;

Sur le fonds ajouré d’un lacis fantastique
Court une inscription de lettres à l’antique,

Filles de l’alphabet du vieux Geoffroy Tory,

Car il fut dans son temps un maître de la forme ;

Chacun s’en inspirait, et tous, jusqu’à Delorme,

Ont cueilli plus d’un brin dans son beau Champ-fleury.

La Ferté-Bernard.

CRAYON D’ARGENT

A M. CHARLES EPIIRUSSI

Avant la pierre noire et la rouge sanguine,

Dont la marque s’étale en un trait écrasé
Et dont le grain poudreux fuse et se dissémine
Sans que rien soit précis, nécessaire, imposé,

Les maîtres plus anciens, où le contour domine,
Ont le crayon d’argent, dont le sillon creusé
Trace, sans l’élargir, la ligne et la burine
Sur leur papier teinté, vert, jaunâtre ou rosé.
loading ...