L' art: revue hebdomadaire illustrée — 11.1885 (Teil 1)

Page: 184
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1885_1/0214
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CONCOURS

POUR

L'EXÉCUTION DE LA DEUXIÈME PORTE EN BRONZE

DU BAPTISTÈRE DE FLORENCE

En 1401, la Seigneurie et la Confrérie des
marchands de Florence reprirent le vieux projet
d'orner le Baptistère d'une nouvelle porte en bronze,
et, dans ce but, ils invitèrent tous les maîtres
italiens le plus en renom à un concours dont le
vainqueur devait être chargé de l'exécution de la
porte. Quant à l'épreuve, elle consistait clans la
traduction en bas-relief d'un sujet indiqué, de la
grandeur des compartiments de la porte d'André de
Pise, alors placée en face de la cathédrale.

Vasari rapporte que les candidats furent nom-
breux. Les sept qui furent admis à concourir étaient
tous Toscans', à savoir : deux Florentins, Filippo
Brunelleschi et Lorenzo Ghiberti ; deux Siennois,
Giacomo délia Quercia et Francesco Valdambrini ;
Deuxième porte du Baptistère. deux Arétins, Niccolô di Luca Spinelli et Niccolô

Lamberti, et un maître de Colle in Val d'Eisa,
Simone, « detto dei Bronzi 2 ». Plusieurs d'entre eux devaient plus tard arriver à l'immortalité,
mais en 1401 ils n'étaient guère connus que dans leur pays natal. La réputation locale des
deux Florentins était assez considérable pour les recommander à l'attention favorable des juges ;
ils passaient en outre pour les meilleurs élèves de Bartolo, ce qui aurait suffi à faire pencher la
balance en leur faveur. 11 est vrai qu'ils s'étaient fait connaître comme orfèvres et non comme
sculpteurs; mais, au xv c siècle, la solidarité des arts était telle que celui qui avait acquis de la
réputation dans l'exercice d'un art était jugé capable d'en pratiquer un autre, surtout s'il avait
fait son apprentissage dans la boutique d'un orfèvre, où tous les arts étaient cultivés tour à
tour 3. Tel fut le cas, non seulement pour les deux Florentins, mais aussi pour les cinq autres élus.

1. Dans la l'ie de Brunelleschi, Vasari cite Donatello parmi les élus, mais il ne parle pas de cette circonstance dans la biographie
du sculpteur; Ghiberti ne le nomme pas non plus dans la liste qu'il donne dans son Deuxième Commentaire.

1. On ne connaît de lui que son nom. 11 ne faut pas le confondre avec Simone Ghini, orfèvre, ne en 1407, ni avec Simone di Nanni
Ferucci, sculpteur en marbre.

3. L'orfèvre de la Renaissance comme celui du Moyen-Age e'tait obligé de connaître la théorie et la pratique de tous les arts, car il lui
loading ...