L' art: revue hebdomadaire illustrée — 11.1885 (Teil 1)

Page: 13
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1885_1/0024
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BASTIEN-LEPAGE

' Wi / '«AT ai' y - **+iar

F* 7' '.î -

Portrait de mon grand*pere*
Croquis de Bastien-Lepage, d'après son tableau.

Voici encore un artiste original qui
disparaît, emporté par une maladie cruelle
qui n'a pas duré moins de deux ans.
Bastien-Lepage n'avait pas trente-cinq ans.
Il était né le i cr novembre i85o, — et
non en 1848, comme certains journaux de
Paris l'ont indiqué, — à Damvillers (Meuse).

Son père, qui avait la passion du
dessin, la lui fit partager de bonne heure,
en lui mettant entre les mains les collec-
tions ■ de Bellanger. L'enfant y prit goût
et, au collège de Verdun, où il entra à
neuf ans, remporta tous les prix de dessin.
Mais quand l'heure sonna pour lui de
choisir une carrière, son père, effrayé des
sacrifices qu'exigeait une étude exclusive
et sérieuse de l'art, essaya d'abord de le
dirioer vers l'École centrale ou vers Saint-
Cyr. La vocation l'emporta cependant et le
jeune Bastien débarqua à seize ans à Paris,
avec une modeste pension de cent francs
par mois. Très fier de sa nature, désireux
de ne pas être à charge aux siens, notre
artiste entra à l'administration des postes
comme surnuméraire.

Il la quitta au bout de huit mois et,
après un court séjour au pays natal, il
entra à l'atelier Cabanel, puis fut reçu
premier au double concours de l'École des
Beaux-Arts et à celui du cours municipal
de dessin de la rue de l'Ecole de Méde-
cine.

Il débuta au Salon par un portrait.
Et c'est encore à des portraits que nous le
retrouvons attelé à Damvillers, se remet-
tant des fatigues de la guerre, à laquelle
il avait pris part comme volontaire dans
une compagnie de francs-tireurs. Tout le village y passa. Il en fit quarante, entre autres celui
de sa mère.

De retour à Paris, il réussit à se faire attacher comme dessinateur à un journal de modes.
Il va même frapper à la porte du Monde illustré et de l'Illustration. Mais la porte ne s'ouvre
pas et Bastien-Lepage se trouve naturellement ramené vers la peinture.

Que faire?

Il a une grande admiration pour Watteau. Il va s'inspirer de sa manière et il exécute, dans
loading ...