Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Page: 309
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0339
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DESSINS DE LÀ COLLECTION HIS DE LÀ SALLE.

309

En contemplant la fresque de Pordenone que l’on voit encore dans
le dôme de Trévise, Rubens est entré en étroite communion avec le
maître italien ; une note en latin, écrite de sa main, témoigne de la forte
impression qu’il a ressentie en présence de la peinture murale. Cette im-
pression, il la traduit tout entière avec la verve et l’inspiration de Por-
denone lui-même , avec les amples mouvements de la fresque, rendus par
les larges coulées de l’aquarelle. Dans le dessin comme dans la fresque,
saint Libérale, patron de Trévise, armé de pied en cap, s’arrête en un
brusque mouvement, quand l’ange, son guide, sous la forme d’une jeune
femme blonde enveloppée d’une robe transparente aux plis flottants,
lui montre, à travers le ciel, l’endroit où gisent les ruines de la mal-
heureuse cité. La démarche solennelle et fière du saint guerrier, le
manteau traînant attaché à ses épaules, son regard attristé et irrité à la
fois par le douloureux spectacle, la sombre physionomie, les formes puis-
santes de l’ange et le geste magnifique de son bras nu : tout respire la
noble grandeur et l’allure héroïque dans ce groupe largement conçu.

Parmi les élèves de Rubens nous signalons le plantureux Jordaens
avec Jupiter et Mercure chez Philèmon et Baucis et une étude très pous-
sée de vieillard ventru presque nu, vu de face, sans doute un projet de
quelque Silène aviné; et l’élégant et distingué Van Dvck avec deux com-
positions religieuses et le très beau portrait de Simon de Vos, gravé par
Paul Pontius dans l’Iconographie du maître. Enfin un joli paysage, mais
trop calligraphique peut-être, de Breughel de Velours et une vivante ker-
messe de Téniers le jeune, le plus hollandais des flamands, lestement enle-
vée du bout de la mine de plomb, chaque coup de crayon notant avec une
justesse expressive un geste libre, un pli aisé de vêtement, un large rire
ou une joyeuse grimace, page digne des dessins de Téniers que possède
déjà le Louvre b

C U ARLES EP H R US SI.

Voir la Notice des dessins de M. Reiset, p. 328-330.
loading ...