Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 35
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0040
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
MICHEL-ANGE, SCULPTEUR.

35

Ainsi débute l’une des Élévations de Bossuet sur les mystères. A ce
langage extraordinaire ne semble-t-il pas reconnaître le génie de Michel-
Ange et l’entendre parler? Assurément ce morceau, qui avec tant d’éclat
et de force définit la fécondité des arts et en découvre le principe idéal,
n’a pas besoin d’être commenté ; mais il est impossible de l’oublier lorsque
l’on songe au grand artiste qui porta en lui tous les arts à la fois, qui les
embrassa dans leur unité et qui, tirant directement de son esprit les
formes qu’il leur donna, les développa jusqu’au sublime.

Peintre, sculpteur, architecte et en même temps poète, Michel-Ange
Buonarroti apparaît comme un résumé de l’art à son époque et comme le
père d’un art nouveau. Les plus étonnantes facultés de la pensée et de
l’exécution sont liées et mêlées en lui. La peinture, la sculpture et l’ar-
chitecture sont en puissance dans tous ses ouvrages ; et les mérites de la
forme, de l’effet et de l’ordonnance qui s’y trouvent réunis et condensés
donnent à ses créations un caractère synthétique que, seul, pouvait leur
imprimer un artiste aussi complet qu’il en exista jamais.

En vérité, il semble, au premier moment, que si, pour étudier isolé-
ment chacune des parties d’un génie si entier, on dût simplement pro-
céder à ce travail en vertu des droits de l’analyse, on commettrait une
irrévérence; on croirait, par là, user d’arbitraire ; on craindrait d’amoin-
drir le sujet en le divisant. Mais, à bien prendre, en ce qui concerne la
sculpture, il y a lieu de se rassurer; et c’est Michel-Ange lui-même qui
nous autorise à considérer à part et à considérer avant tout les œuvres
de son ciseau.

Faut-il dire que, par une singulière rencontre, de même que dans
l’histoire de l’art grec, c’est la sculpture qui se montre la première, de
même lorsque Michel-Ange recommence les arts, c’est par la sculpture
qu’il débute et que c’est à ses statues qu’il doit tout d’abord sa célébrité?
Gela n’est pas sans intérêt; mais il convient d’ajouter que la qualité de
sculpteur est celle qu’il revendique de préférence, que c’est la seule
qu’il prenne dans ses lettres1, quand il ne les signe pas simplement de
son nom, que c’est la première qu’il assume dans des contiats où il
s’engage à peindre et même à bâtir. Curieuses différences que celles qui
peuvent se produire dans la manière de s’apprécier soi-même ! Tandis que
Léonard de Vinci, écrivant à Louis le More, se dit, et cela tiès-juste-

4. Le lettere di Michelangelo Buonarroti pubbücate coi ricordi ed i contratti artis-
tici per cura di Gaelano Milanesi. In Firenze coi tipi dei successori Lemonnier.
MDCCCLXXV.—Yoy. les lettres à son père de 1497 à 1512.— Idem à son frère de 149/
à 4 505. — Idem au pape Clément VII de 4524 jusqu’en 1526.
loading ...