Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 34
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0039
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
MICHEL-ANGE

SCULPTEUR

I.

« Je suis un peintre, un sculp-
teur, un architecte; j’ai mon art,
j’ai mon dessein ou mon idée; j’ai
le choix et la préférence que je
donne à cette idée par un amour
particulier. J’ai mon art, j’ai mes
règles, mes principes que je réduis
autant que je puis à un premier
principe qui est un, et c’est par là
que je suis fécond. Avec cette règle
primitive et ce principe fécond qui
fait mon art j’enfante au dedans de
moi un tableau, une statue, un
édifice qui, dans sa simplicité, est
la forme, l’original, le modèle im-
matériel de ce que j’exécuterai sur
la pierre, sur le marbre, sur le
bois, sur la toile, où j’arrangerai
mes couleurs. J’aime ce dessein,
cette idée, ce fils de mon esprit
fécond et de mon art inventif. Et
tout cela ne fait de moi qu’un seul
peintre, un seul sculpteur, un seul
architecte, et tout cela tient en-
semble et est inséparablement uni

dans mon esprit ; tout cela, dans le fond, c’est mon esprit même et non
point d’autre substance, et tout cela est égal et inséparable. »
loading ...