Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 730
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0760
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES SCEAUX DES ARCHIVES NATIONALES1

TYPE DES REINES ET DES DAMES

es sceaux des dames appartenant à la noblesse fournissent
seuls des notions sur le vêtement féminin. Le type qu’ils re-
présentent, le même pour tous les rangs, depuis la souve-
raine jusqu’à la femme du simple gentilhomme, se rapporte
à la tenue de cérémonie. Cette étude aura donc pour objet
le costume d’apparat et ses modifications.

Les sceaux nous montrent les dames ordinai-
rement debout, quelquefois à cheval, très-rare-
ment assises, vêtues de deux robes ou, pour parler
plus exactement, de deux tuniques et d’un man-
teau, coiffées à la mode du temps, gantées, tenant une Heur à
la main ou un oiseau de vol sur le poing. Les reines, toujours
debout, portent la couronne et le sceptre ; c’est leur seul caractère dis-
tinctif.

Les deux tuniques. — Les deux tuniques se passaient l’une sur
l’autre; la tunique de dessous, par conséquent, ne paraît que lorsque
la façon de la tunique de dessus le permet.

Dans les plus anciens types, de 11À0 à 1230, la tunique de dessus
est un bli/tud très-étroit, ajusté à la forme de la poitrine, des hanches
et des bras. Une ceinture le retient à la taille; sa jupe retombe jusqu’à
terre. Les manches, à partir du poignet, se continuent en une longue pièce
d’étoffe descendant presque aussi bas que la jupe. La tunique de dessous,
le chainse, est complètement cachée. Ainsi est habillée Mahaut, com-
tesse d’Évreux, ll/jO-1180, — Élisabeth, comtesse de Flandre, 1170,
— Eléonore de Yermandois, comtesse de Beaumont, 1177, —- Adèle de

I. Voir Gazelle des Beaux-Arls, 2e période, t. VUI, p. 337 et 541 ; t. IX, p. 242;
et t. XII, p. 231.
loading ...