Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 483
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0500
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
COLLECTION DE M. J. DE LISSINGEN

Diderot a prévu
que le jour vien-
drait où il faudrait
aller chercher les
œuvres cl’art de ce
pays partout ail-
leurs qu’en Hol-
lande, « comme il
n’y a point, a-t-il
dit, de droit de pri—
mogéniture, et que
tout est partagé à
la mort d’un père,
d’un parent qui a
plusieurs héritiers,
il ne restera plus
dans ce pays un
seul tableau, pas
une grande biblio-
thèque, pas une
seule collection, et
lorsqu’on sera cu-
rieux de peinture on n’en trouvera plus que dans les églises et les
temples ».

La prédiction du grand écrivain s’est réalisée, quoique dans une me-
sure moins large qu’il ne le supposait, et il faut chercher d’autres causes
que la non-existence du droit d’aînesse, en Hollande, pour expliquer
l’émigration de ses produits artistiques : l’abolition de ce droit n’em-
pêche pas d’autres pays, la France par exemple, d’accaparer ces mêmes
œuvres et d’en former de précieuses collections. — Quoi qu’il en soit, il
est incontestable que Paris est depuis bien des années le point d’élec-
loading ...