Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 632
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0657
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DU DÉCOR DES VASES1

IV.

LOIN D’EMPRUNTER SES MOTIFS DE LA SEULE NATURE,

LA DÉCORATION CERAMIQUE ,

MÊME DANS LA REPRÉSENTATION DES CHOSES
NATURELLES, SUBORDONNE

L’IMITATION AUX LOIS DE L’HARMONIE, AU PLAISIR DE L’ESPRIT

ET DES VEUX.

«

Si l’art n’était pas autre chose qu’une simple copie de la nature,
il serait le plus souvent une tentative inutile, un pléonasme.
C’est surtout dans l’art décoratif que cette vérité se manifeste.
On peut sans doute peindre sur un vase des fleurs naturelles et
communes dont l’imitation naïve soit appréciable pour tout le monde.
Mais les plantes qui croissent dans les jardins de l’imagination ont aussi
leurs familles et leurs genres. Conseillés par la poésie, les Orientaux
ont orné leurs porcelaines tantôt de fleurs si rares que, n’étant point
connues, elles semblent avoir poussé dans les parterres d’une contrée
idéale, tantôt de bouquets charmants dont le dessin est pris sur nature,
tandis que la couleur en est imaginaire, de sorte que la vérité s’y mêle
au mensonge, comme il arrive souvent dans nos rêves.

Ici les arbres ont des fruits en or, comme ceux des Hespérides. Là les
feuillages sont d’un rouge impossible ou d’un chamois imprévu, chati-
ronnés de noir. Quelquefois les tiges principales sont indiquées en bleu
sous couverte et rehaussées d’or, et il en est de même des rochers, des
paysages, des maisons, de manière que le regard, lors même qu’il ren-

I. Voir Gazette des Beaux-Arts, 2e période, t. XIII, p. 409.
loading ...