Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 13.1876

Page: 186
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_2/0197
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
186

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

âge. 11 ajoutait à ces souvenirs les inspirations d’une mélancolie incon-
nue, la tendresse compatissante du solitaire qui trouve dans sa propre
inquiétude le besoin de consoler les angoisses des amis ignorés. A ces
titres, Michel-Ange est le premier des modernes. 11 mêle dans son œuvre
les deux rayons : labeauté de la forme etl’émotion du cœur. Cette émotion,
il est vrai, n’est pas celle des grands tragiques et des grands élégiaques;
c’est une sorte de trouble solennel, une pensée sévère qui vient du
monde qu’on ne voit pas. Aussi l’esprit supporte-t-il malaisément que
cette pure gloire ait pu être discutée avec amertume : il va jusqu’à se
plaindre qu’elle ait été froidement célébrée. La tiédeur équivaut ici à
l’injure. Un maître tel que Michel-Ange ne doit pas être aimé à demi. 11
faut entrer dans son œuvre immense avec toutes les volontés d’une intel-
ligence passionnée ; il faut, s’il est possible, se hausser à la taille de ce
géant. Ses créations, où tout se reflète et s’ennoblit, demeurent le spec-
tacle austère qui vous enlève aux réalités de la vie quotidienne. Elles
disent qu’il est bon de monter sur les cimes et de se retremper dans
l’azur. Michel-Ange est un réconfortant : c’est le maître des leçons viriles.
Si nous avions quelque souci de la justice, nous n’aurions que des accla-
mations et des remercîments pour l’ouvrier sublime qui, dans la forme
humaine glorifiée, a fait triompher toutes les grandeurs de l’esprit.

PAUf, MANTZ.
loading ...