Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 29.1884

Page: 174
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_1/0184
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ILLUSTRATIONS

POUR

LES OEUVRES D’ALFRED DE MUSSET1

e ne sais personne qui eût été plus capable qu’Eu-
gène Lami d'illustrer les œuvres d’Alfred de Mus-
set; il fut son ami, son compagnon de tous les
jours ; il vécut de la même vie et dans le même
monde; il respira le même air et aima les mêmes
choses. Si le poète avait un souffle plus puissant
que le peintre, le peintre avait à sa disposition,
pour rendre sa pensée, un pinceau alerte dirigé
par une intelligence d’élite. Je suis certain que si l’on avait demandé à
Musset à qui il lui conviendrait le mieux de confier le soin de commen-
ter ses œuvres à l’aide du crayon ou du pinceau, deux noms seuls
seraient venus aux lèvres du poète, Eugène Lami et Gavarni. Le premier
était encore plus capable que le second de cette besogne délicate.
Gavarni, dont le talent primesautier et tout à fait personnel s’accommo-
dait mal d’une influence quelconque, se serait peut-être très souvent
substitué au poète; il aurait traduit le texte à sa façon, se souciant
assez peu, son tempérament s’y opposait, de la fidélité de l’interpréta-
tion; à l’exemple de ces maîtres de l’art qui ne peuvent faire oublier
leur manière propre, même lorsqu’ils copient des œuvres sublimes qu’ils
admirent profondément, il nous aurait donné un Musset à lui, un Musset
charmant sans doute, mais un peu travesti, dans le . meilleur sens du
mot. Eugène Lami, au contraire, qui sait, à ses heures, puiser en lui
seul des inspirations et qui n’a pas absolument besoin d’un texte à
commenter pour produire des œuvres délicates et fines, n’est pas indiffé-

1. Aquarelles, par Eugène Lami. Eaux-fortes, par Adolphe Lalauze. Paris,
D. Morgand, 1 883, in-4°.
loading ...