Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 29.1884

Page: 268
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_1/0282
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
AQUARELLISTES

Lorsque la Société des aquarellistes s’est constituée, elle a peut-être
adopté un programme trop étroit. Le nombre des peintres appelés à faire
partie de la compagnie n’etait pas assez considérable en France pour pré-
senter de grands éléments de variété; en outre, il semble qu’à leurs
débuts, les fondateurs de l’association aient encore compliqué la
difficulté en voulant se recruter parmi les artistes de leur école et
presque de leur église. De là une monotonie inévitable dans les
expositions qui s’ouvrent chaque année; monotonie dont s’attristait
la critique et dont le public commençait à s’apercevoir.

Les membres de la Société ont compris le péril, et l’on peut voir, en
entrant dans les salles de la rue de Sèze, qu’ils ont élargi leur cadre et
qu’ils paraissent vouloir désormais faire une place au pastel, au dessin, à
l’eau-forte même. Ils ont admis non seulement des
genres différents, mais aussi des noms nouveaux in-
scrits pour la première lois à leur catalogue. On ne
désapprouvera pas'ce système : quand une maison est
trop étroite, il faut l’agrandir.

Dès qu’on a franchi le seuil, on cherche tout d’abord les œuvres
d’un des artistes qui, d’ordinaire, contribuaient le plus au succès de
ces expositions annuelles.

Louis Leloir manque à la fête. Son nom figure au catalogue ; mais,
au dernier moment, les pages qu’il devait exposer ont été retirées; on
ne reverra plus ces capricieuses fantaisies, ces attelages de papillons légers
conduits à grandes guides sur le vélin des éventails, cet irrépi oehable fini,
cette précision minutieuse qui avaient fait la conquête du public mondain.
Mais si Louis Leloir a disparu, l’école dont il était le meilleur représentant
ne s’est pas éteinte avec lui, et son idéal sera continué.

Cet idéal, chez Louis Leloir comme chez ceux qui se rattachent à sa
loading ...