Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 29.1884

Page: 493
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_1/0515
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA PART DE L’ART ITALIEN

DANS QUELQUES MONUMENTS DE SCULPTUKE

DE LA PREMIÈRE RENAISSANCE FRANÇAISE

a France possède des œuvres de la
première Renaissance italienne en plus
grand nombre qn’on ne le croit géné-
ralement. La vieille légende, un peu
abandonnée maintenant, qui montrait le
goût pour l’art italien rapporté comme
une mode irrésistible à la suite des ex-
péditions de Charles VIII et de Louis XII,
est plus vraie qn’on ne paraît le penser
depuis quelque temps. L’importation
avait même devancé les conquêtes
de Charles VIII. Elle commença sous
Louis XI. Sans compter l’introduction
considérable de monuments-modèles
tirés tout faits d’Italie depuis le milieu
du xve siècle, surtout à la fin de celui-ci et au commencement du xvie,
les rois, les grands seigneurs et les simples amateurs amenèrent et
installèrent en France une véritable colonie d’artistes italiens. De leurs
ateliers, entretenus à grands frais, sont sortis d’importants ouvrages qui,
aujourd’hui, mélangés aux ouvrages français d’inspiration et de ten-
dances analogues, sont souvent assez difficiles à reconnaître. C’est assu-
rément un travail des plus intéressants que d’étudier les rapports, les
luttes et les alliances entre les deux arts, l’un étranger et l’autre indi-
gène, qui se pénétraient réciproquement. Rien de plus piquant que de
distinguer des mains de nationalités différentes se trahissant quelque-
fois dans l’exécution d’une même œuvre d’art.
loading ...